Comment s’habituer à ses nouveaux verres progressifs ?

En portant les verres progressifs pour la première fois, il arrive qu’une personne éprouve des problèmes visuels. Cela est normal puisqu’ils requièrent une période d’acclimatation variable selon le sujet. Il est toutefois faisable de raccourcir ce délai grâce à quelques astuces.

Ne vous séparez pas de vos lunettes

Lorsqu’une personne perçoit un inconfort visuel, l’un de ses réflexes consiste à retirer l’accessoire de son œil. Pourtant, la solution s’avère une mauvaise idée, car vous retarderez le temps d’arrangement. Il est donc conseillé de les porter sur les yeux toute la journée. Pour information, ces types de verres sont destinés à la fois pour la vision de près et éloignés. Ils permettent donc de lire ou conduire une voiture. Il est d’ailleurs recommandé d’éviter l’alternance avec les verres unifocaux de vos anciennes paires de lunettes. La raison est qu’à chaque fois que vous effectuez cet acte, vous reprendrez tout à zéro. Par ailleurs, la fatigue oculaire se fera sentir quotidiennement.

Évitez de regarder à travers les zones périphériques

La surface des verres est celle qui effectue la correction. En observant les lunettes, vous constaterez la présence de quatre parties bien distinctes. Il existe la zone haute, le milieu, les zones périphériques et la zone inférieure. Cette dernière procure une correction élevée. Elle améliore la vision de près du presbyte. La zone supérieure sert quant à elle pour corriger les vues de loin. Cependant, l’intégration de ce traitement dépendra des défauts observés sur les yeux du patient. En d’autres termes, elle sera sollicitée lorsque vous avez du mal à voir les objets situés en hauteur. Les zones périphériques sont localisées sur les deux côtés. Elles rendent moins nettes les images. La zone médiane est conçue pour voir les objets à distance moyenne. L’effet de l’accommodation y est donc amoindri. D’après ces indications, il est judicieux d’aligner la vue sur cette portion et non sur les zones d’aberrations.

Bougez la tête, mais pas les yeux

La tête aura également un rôle à jouer durant la période d’acclimatation. Concrètement, elle sera en constant mouvement pour éviter aux yeux de se retrouver dans les zones où la visibilité est moins nette. Pour orienter vos regards sur une zone précise, une collaboration entre les yeux et la tête sera nécessaire. Ceci dit, l’opération réclame pareillement une période d’accoutumance, car vous ne seriez pas encore habitués durant les premières semaines. Pour regarder la terre, il est recommandé de baisser la tête. Dans le cas contraire, votre vision va se situer dans la zone floue dédiée pour la lecture. À titre informatif, elle permettra de distinguer les objets localisés sur une distance de 30 à 40 cm. En revanche, les éléments localisés au-delà de l’intervalle paraîtront comme des tâches. Pour descendre un escalier, vous devriez appliquer le principe similaire. En effet, vous ressentirez de la complication à évaluer la distance réelle. Pour monter, il suffit de lever la tête. La clé est donc de veiller à créer un angle droit avec vos pupilles.

Portez les lunettes le plus tôt possible

Dès que vous percevez une diminution de votre acuité visuelle, il est préconisé de consulter rapidement un ophtalmologue. À priori, la difficulté touche principalement les profils de la quarantaine puisque le cristallin perd en souplesse. Cependant, les études montrent également que les sujets jeunes sont nombreux à être atteints par des maladies rétiniennes. Quoi qu’il en soit, le spécialiste prescrira une lunette qui correspondra aux attentes. Puis vous allez vous procurer les verres progressifs auprès d’un opticien. Sachez qu’il existe un moyen simple d’acquérir l’accessoire gratuitement. En effet, vous pourriez disposer de bons verres progressifs, en cliquant ici. La personne devra toutefois être éligible aux conditions imposées. Bref, en réglant promptement la problématique, les dégâts sur vos yeux ne seront pas graves. De ce fait, le délai d’ajustement sera minime, car les zones de chevauchement restent moins élevées. De plus, la lentille est encore flexible d’où l’aisance à l’accoutumance. Au cas où vous ne parvenez pas à voir la différence au bout de trois semaines, il est judicieux de revoir le spécialiste.